MENU

Le Village du Monde / Le Coron


Notre Vision
Nos Objectifs Généraux
Nos Objectifs Particuliers
Notre Stratégie

Qui sommes-nous?

L'asbl Le Coron (Le Village du Monde) est reconnue et subsidiée par la Fédération Wallonie-Bruxelles. Outre les ateliers créatifs (CEC), elle propose des animations et ateliers d'immersion à destination du primaire, sur le thème des inégalités du commerce nord-sud, leurs causes (colonisation...) et leurs conséquences (migrations humaines, destruction de l'environnement...). 

Notre vision:

En dépit de l'accroissement important de la production des richesses et des connaissances que nous constatons sur le plan mondial, une partie importante de la population continue à vivre dans une extrême pauvreté. Le fossé entre riches et pauvres s’accroît.
Malgré la globalisation sur le plan économique, l’inégalité reste une caractéristique essentielle de notre époque qu’il s’agisse du niveau de vie, de l’accès à l’enseignement, à l’information, aux soins de santé.

Le système économique dominant est un système basé sur la recherche maximale du profit pour un nombre limité de personnes qui s’enrichit au détriment de la majorité: les causes de cette inégalité sont structurelles.
La logique du système pousse à privatiser et commercialiser un maximum de services souvent au détriment des besoins élémentaires des populations.

Nous souscrivons à l’analyse théorique d’économistes comme Samir Amin pour qui le système économique mondial est organisé en fonction des intérêts des élites du Nord.
Les conditions de vie des couches populaires des peuples du Sud sont le résultat, direct ou indirect de ce type d’organisation.
Il s’agit du résultat d’un processus historique qui a pris la forme de l’esclavagisme et du colonialisme. Même si les colonies sont devenues formellement indépendantes, la dépendance perdure sur le plan économique, politique et culturel.
Aujourd’hui les pays industrialisés et, à travers eux, les multinationales continuent à exercer une pression sur les pays pauvres par le biais des institutions internationales (Banque Mondiale, FMI, OMC) afin de préserver l’accès aux matières premières et au marché.

La plupart des pays du Sud ont été obligés de s’endetter auprès d’organismes internationaux pour importer les technologies nécessaires au développement de l’économie d’exportation et pour financer l’infrastructure qui devait leur permettre de décoller sur le plan économique. Mais les banques et les institutions financières des pays industrialisés ont fait payer très cher ces projets et globalement le Sud rembourse aux banques plusieurs fois le montant accordé par ailleurs sous forme d’aide au développement.

Certains pays du Sud essaient de mener une politique qui va à l’encontre de ces rapports de domination : Cuba, le Chili sous Allende et, plus récemment, le Venezuela, la Bolivie.

Plus globalement, la recherche du profit à tout prix, comme moteur de l’économie, a des conséquences négatives pour l’ensemble de la planète et va à l’encontre d’une démarche de développement durable.

C’est le même système économique dominant qui est à l’origine des clivages persistants au sein de la population dans les pays industrialisés. En Belgique, plus d' une personne sur huit vit sous le seuil de pauvreté alors que c’est un des pays les plus riches du monde. Ici aussi, les écarts de revenus ne diminuent pas.
Les études Pisa sur l’enseignement indiquent que le système scolaire reste inégalitaire.
Le taux de réussite des élèves est intimement relié au milieu d’origine. En d’autres mots, l’école contribue à reproduire les inégalités sociales, culturelles et économiques.
La mondialisation affecte tous les secteurs d’activités comme en attestent les délocalisations d’entreprises, les mouvements migratoires en provenance de régions plus pauvres, les tendances à la privatisation et à la marchandisation d’activités telles que l’éducation, la culture, la santé, l’information.
En d’autres termes, les mêmes causes produisent les mêmes effets pour les populations des pays du Sud et des pays du Nord. C’est un élément d’analyse essentiel pour comprendre la mission et la stratégie que Le Village du Monde s’est fixée.



Nos Objectifs:

LES OBJECTIFS GENERAUX


cameraPrise de conscience par l’éducation au développement
Souhaitant contribuer à la prise de conscience des causes structurelles des inégalités, l’asbl a comme objectif de mener un travail éducatif avec certaines parties de la population. Ce travail d’éducation au développement est envisagé comme le noyau d’un processus social qui vise à promouvoir une réflexion analytique et critique sur la société et les rapports Nord-Sud. Il s’agit de mieux comprendre la réalité qui nous entoure afin de pouvoir mieux agir dessus.
Pour Le Village du Monde (Le Coron), l’éducation au développement est donc clairement envisagée comme une éducation pour le changement.

cameraUn travail éducatif  visant prioritairement les enfants et les jeunes
Le Coron mènent depuis de nombreuses années un travail éducatif , artistique et culturel avec les enfants et les jeunes des quartiers populaires du Borinage. Mais cet ancrage social n’explique pas à lui seul le souci de toucher prioritairement ce public-cible. Si l’on veut que davantage de gens s’engagent dans la voie d’un changement, il est important que les enfants soient formés dans cette perspective, qu’ils puissent être stimulés et soutenus dans l’acquisition de connaissances et d’attitudes qui permettent un changement. 
Si l’on souhaite promouvoir des attitudes de résistance et de solidarité, il est important de travailler avec les enfants dès leur plus jeune âge.
La démarche éducative vise également à aider chacun à prendre la place qui lui revient dans la société, indépendamment de son origine sociale ou culturelle. En d’autres mots, mener un travail d’éducation au développement avec des enfants et des jeunes est une contribution  à la lutte contre les préjugés et à l’apprentissage de la diversité.

cameraUn travail éducatif visant prioritairement les enfants de milieu populaire
Les enfants et les jeunes de milieu populaire sont davantage victime des inégalités structurelles: niveau de vie peu élevé (parents chômeurs, victimes de restructurations), inscription dans des filières scolaires peu pertinentes, problèmes éventuels de discriminations  et de déracinement pour les familles issues de l’immigration. Cette partie de la population a en général moins accès aux dispositifs classiques de formation à même de  leur fournir des outils de réflexion, d’analyse et d’action. Le monde des ong par exemple est relativement peu implanté dans le milieu populaire. Le Village du Monde (ong Le Coron) vise précisément à mener une action éducative  spécifique afin de favoriser la mobilisation en vue d’un changement parmi les premiers concernés. 

LES OBJECTIFS PARTICULIERS


Un travail éducatif destiné aux élèves des écoles: les ateliers d’immersion

Pourquoi voulons-nous mener un travail éducatif avec les écoles ?
Après la famille, l’école est le premier acteur sur le plan éducatif.
Tous les enfants vont à l’école, quelle que soit leur origine. 
C’est le lieu par excellence où les enfants apprennent à vivre ensemble
L’éducation à la citoyenneté active fait partie intégrante des programmes scolaires. En ce sens, l’éducation au développement a sa place au sein de l’école.

Le Village du Monde propose aux élèves de l’école fondamentale et du début du secondaire un programme complet d’ateliers d’immersion sur des thèmes tels que la provenance des matières premières, les rapports économiques inégaux, les migrations (replacées dans le contexte des rapports Nord-Sud).
La participation à l’atelier d’immersion est précédée par une séance de travail en classe, prise en charge par l’enseignant, grâce à l’aide d’un dossier pédagogique et/ou de matériel audio-visuel.

Au cours des trois années à venir, Le Village du Monde prévoit 75 activités éducatives par an  avec les classes du primaire.

Un travail éducatif mené avec les enfants des quartiers du Borinage :  projets créatifs

En-dehors des heures d’école, Le Village du Monde touche des dizaines d’enfants des quartiers populaires du Borinage. 
Si le travail éducatif n’est pas formalisé (comme pour les programmes d’immersion destinés aux élèves), de nombreux projets correspondant à la conception que nous avons de l’éducation au développement :
création de livres, de films, de spectacles (réalisation de cinq films d'animation sur des thèmes tels que l'exil, le colonialisme, les matières premières, la pauvreté et de trois films vidéo),participation à des campagnes d’information et de sensibilisation (par exemple11.11.11).



Notre stratégie:

Le Village du Monde entend  contribuer à la lutte pour une société qui pose le développement humain comme un droit pour tous : droit à un niveau de vie décent, droit à la santé, au logement, à l’éducation, à la participation à la vie politique, au refus des discriminations.

La lutte pour ce type de société implique une lutte pour des  rapports économiques équitables, une production et une consommation durables, bref une organisation de la société basée sur la recherche du bien-être pour la majorité plutôt que sur le profit pour une minorité.

 Le rôle de l’asbl est de contribuer à cette lutte en renforçant les mouvements sociaux. En effet la lutte pour l'éradication des inégalités est menée en premier lieu par les personnes ou groupes de personnes victimes de l'inégalité.  L’asbl peut aider à la sensibilisation et à la prise de conscience des personnes ou des groupes concernés. 
La compréhension des causes structurelles à la base des mécanismes producteurs d’inégalité est un des éléments de la prise de conscience. Dans les faits, prise de conscience et action sont intimement reliées. Il s'agit de comprendre le monde pour le changer. 

L'action d'une petite association ne devient significative que si elle cadre dans un ensemble plus large. Si l’on envisage le fossé entre le Nord et le Sud comme le résultat de mécanismes socio-politiques, le soutien à des projets locaux de développement ne suffit pas. Son but est de favoriser la prise de conscience et la solidarité de tous ceux qui, au Nord comme au Sud, luttent contre les rapports de domination. Le soutien à des projets locaux ou les actions éducatives prennent un sens dans la mesure où ils renforcent les mouvements populaires qui luttent contre le système dominant. Si l’on veut combattre la pauvreté et les inégalités, il faut s’en prendre aux causes plutôt qu’aux seules conséquences visibles.

Les projets de développement locaux à soutenir prioritairement sont donc ceux qui s’inscrivent dans une action plus large contestant les bases mêmes de la domination. 
Les exemples ne manquent pas depuis la lutte des Boliviens contre la privatisation de l’eau, le combat des paysans sans-terre au Brésil, les mobilisations de masse aux Philippines ou, plus récemment, dans les pays arabes.

Au sein de notre propre société, l’action doit contribuer à faire connaître les conséquences de la domination économique dans les pays du Sud, à mettre à jour les liens qui peuvent unir les résistances (contre les privatisations par exemple) entre les luttes au Nord et au Sud et à favoriser les rencontres et les solidarités.

Pour Le Village du Monde, l’action s’inscrit dans un cadre collectif visant une mobilisation populaire. 
Si  les changements d’attitude et de comportement individuel peuvent favoriser la prise de conscience, ils ne constituent pas un objectif en soi.